jeudi 25 avril 2013

L'exposition Creston dans la presse locale.

Un article, accessible en ligne en cliquant sur ce lien, donne une bonne approche de l'exposition Creston au Musée de la Faïence.


Du trait à la faïence

Jusqu’au 28 septembre, le Musée de la faïence consacre une exposition à René-Yves Creston et Suzanne Candré-Creston : deux figures majeures du renouveau artistique breton.

René-Yves Creston est né le 25 octobre 1898 à Saint-Nazaire. À 18 ans, il s’installe à Paris et prépare le concours de l’École nationale des Beaux-arts. Avec sa femme Suzanne Candré, rencontrée en 1919, ils fréquentent de nombreux artistes bretons, désireux de créer pour faire rayonner leur culture. L’Exposition Internationale des Arts décoratifs va hâter la constitution du groupe Ar Seiz Breur dont ils sont fondateurs. Leurs œuvres, qui modernisent les scènes et motifs traditionnels bretons, y seront récompensées de nombreux prix.
C’est cette démarche pluridisciplinaire qu’illustre l’exposition du Musée de la faïence de Quimper : les œuvres sont exposées à côté de leurs esquisses et l’on comprend bien les étapes d’observation, de recherche stylistique et chromatique ainsi que la déclinaison qui en est faite en fonction des techniques et des supports (peintures, sculptures, gravures, faïences, mobilier…).
Cet important travail de collecte des œuvres et des travaux d’études (planches, notes, gouaches…) permet de mettre en valeur l’ampleur de l’expression artistique des Creston. La volonté de styliser et d’épurer pour exprimer au plus juste la réalité d’un geste ou d’un sujet donne aux pièces présentées une incroyable modernité. Ainsi, les travaux sur les ramendeurs de filets ou les paludières, ou ceux sur les métiers traditionnels, dont la vérité semble saisie d’un trait.
On perçoit également la curiosité insatiable de René-Yves Creston qui a non seulement arpenté la Bretagne pour en étudier les traditions et les usages. Il est aussi allé  jusqu’à embarquer avec les terre-neuvas, armé de son carnet de croquis. De son voyage avec Charcot, à bord du Pourquoi pas ?, il rapportera également des images puissantes et réalistes qui vont marquer son œuvre.
Travailleur infatigable, aux multiples talents, dont l’œil est à la fois celui d’un l’artiste et d’un ethnologue, René-Yves Creston a laissé une œuvre parfaitement mise en perspective par cette exposition.


Charlotte Belaud

Copyright L'hebdo du Finistère - Le Progrès - Le Courrier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire